Privatisation des CROUS

Publié le par CNT Supérieur Recherche 87

CONTRE LA PRIVATISATION DES CROUS

Le rapport Lambert c’est quoi ? -Remplacement du CNOUS et des CROUS par des AVE (Agence de la Vie Etudiante) pour les bourses et le logement. Même idée qu’avec le Pôle Emploi : regrouper plusieurs services en un seul pour privilégier la rentabilité. Cela va dégrader les services publics en réduisant leur qualité et permettra au gouvernement de légitimer le recours au secteur privé.
-Partenariat des AVE avec les entreprises privées. Le logement étudiant sera soumis aux aléas du marché de l'immobilier. De même l’emploi des étudiant-e-s, sera lié aux besoins ponctuels de leurs partenaires économiques.  Il s'agit de réviser les acquis sociaux étudiants à la baisse, pour généraliser la précarité et le recours au salariat intérimaire.
-Mise en concurrence des AVE et inégalités régionales. Chaque AVE sera en effet chargée de trouver des investissements extérieurs et qui fluctueront en fonction de l'économie locale. Ainsi les pôles universitaires dits « d'excellence » seront dotés  d'un système d'aides sociales supérieur à celui dont bénéficieront les universités moins prestigieuses.
-Subordination aux universités et leurs présidents. Le conseil d'administration des AVE se soumettra aux exigences du COS (Conseil d'Orientation Stratégique), en réalité piloté par le président d'université.
 
Les effets sur les personnels -Mal être au travail. Logique de rentabilité, suppressions de postes, somme de travail en augmentation… Autant de raisons qui empêchent les personnels CROUS d’effectuer leur travail quotidien dans de bonnes conditions.-Sous-traitance. Leurs emplois sont confiés à d’autres boites et cette menace ajoute de la pression. Les fonctionnaires sont remplacés par des précaires.-Dévalorisation et division. Toutes ces raisons, ajoutées à l’éloignement du patron, à la pression et à l’isolement font que ces salariés se sentent dévalorisés et se divisent entre eux puisqu’ils sont mis en concurrence.Or cette situation infligée aux personnels touche aussi directement les étudiants puisqu’ils sont les premiers bénéficiaires de ces services.
 
 Les effets sur les étudiants
-Bourses. Les disparités régionales vont s’ajouter à l’insuffisance actuelle, ce qui provoquera une plus grande inégalité dans la répartition. De plus, cela induira à un surflicage des étudiants boursiers visant à les dissuader de faire autre chose que consommer les cours, notamment prendre part aux mouvements de contestation.
-Cités U et repas RU. Ils continueront d’augmenter… Alors qu’ils sont déjà passé de 1.50€ en 1994 à 2.90€ en 2009 !-Endettement des étudiants. Le rapport encourage l'extension des prêts locatifs qui, ajoutés aux prêts de financement des études, causeront un surendettement des étudiants.-D’ici peu de temps, et comme c’est déjà le cas ailleurs en France (Strasbourg, Paris), les cartes d’étudiant seront des cartes bancaires fournies par les banques qui fixeront alors l’usage qu’on peut en faire.
 Le rapport Lambert est un pas de plus vers la casse du système social étudiant, amorcé depuis plus de 30 ans et accéléré ces dernières années. 
Ce qu’on nous impose : Rapport Lambert = suppressions de postes + précarisation. Ce qu’on exige dans l’immédiat : Vrai système d'aides sociales pour les étudiants = respect du service rendu à l'étudiant + respect des personnels.
Sans oublier le contexte dans lequel s’inscrit le rapport Lambert, ce qu’on exige à l’avenir : une révolution sociale, éducative, pédagogique pour un système d’enseignement ouvert à tous, gratuit, laïc et autogéré.

Commenter cet article