Présentation CNT-SR87

Publié le par CNT Supérieur Recherche 87

CNT SUPERIEUR / RECHERCHE

La section «Supérieur Recherche» est au sein de la CNT la structure qui regroupe les étudiantEs et le personnel universitaire (profs, enseignants chercheurs, IATOSS...). La CNT-Sup/Recherche appelle à la défense des droits de tous les acteurs/actrices de l’université pour étudier, enseigner, travailler dans de meilleures conditions et les exhorte à la mobilisation contre la casse du service public de l’éducation.

Bien plus que de nous positionner contre les lois et réformes destructrices de nos acquis sociaux, nous voulons une éducation gratuite, laïque, populaire, pédagogique, émancipatrice et autogérée!

Pour nous, le syndicalisme doit redevenir ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être: éducateur, révolutionnaire, c’est-à-dire porteur d’un projet pour une société plus juste, plus égalitaire, plus libre... Aussi, dans l’immédiat la CNT-SR propose une pratique syndicale de lutte des classes et qui dépasse la cogestion frileuse de la société telle qu’elle est. Il s’agit de défendre les intérêts immédiats des étudiantEs et des salariéEs, et de préparer l’émancipation des travailleurs pour que demain ceux qui produisent soient ceux qui décident dans le cadre d’une orientation sociale équilibrée dans un système de démocratie directe, d’autogestion et de conseillisme.

Modes d’actions et fonctionnement

L’horizontalité: Nous fonctionnons sans chefs ni leaders, de bas en haut et non l’inverse, tout le monde a le même poids et les décisions se prennent collectivement à la base. Le syndicalisme de classe étant historiquement «l’école» où l’opprimé prend conscience de sa condition et s’organise pour s’émanciper, il est normal que notre fonctionnement interne reflète la société démocratique et autogestionnaire que nous voulons construire. S’il existe des déléguéEs, ils sont révocables à tout moment de la même façon qu’ils ont été élus par l’AG (Assemblée Générale) souveraine.

 

L’action directe: C’est une forme de lutte, décidée, mise en oeuvre et gérée directement par les personnes concernées. Grèves, boycott, piquets de grève, occupations, sont des formes d’action directe que nous pratiquons régulièrement. Le gouvernement ne recule pas devant la négociation, il ne fait que la contourner, seul le rapport de force permet une pression claire. A la dureté de notre temps, opposons la dureté de la riposte!

 

Refus du corporatisme: Nous ne serons pas étudiantEs toute notre vie et souvent les étudiantEs travaillent pour se payer leurs études. Il est donc indispensable pour nous de créer des liens avec les autres acteurs/actrices de la société, les travailleurs du public comme du privé où nous proposons l’organisation dans un syndicalisme unitaire de lutte interprofessionnelle.

 

Seule la lutte paie: Depuis l’après-guerre, les syndicats réformistes sont ultra majoritaires dans les instances dites représentatives. Pourtant depuis une vingtaine d’années, les salariéEs (étudiantEs compris) ne cessent de voir leur condition de travail se dégrader. Certains répondront «oui mais ce serait encore pire sans eux», nous ne le pensons pas! Les gouvernements de droite comme de gauche ne reculent que devant une mobilisation forte, et pas parce que les gens votent pour ceci ou cela. Quel acquis social n’a pas été obtenu par la lutte? Nous n’aurons que ce que nous prendrons!

 

Syndicat de classe et interprofessionnel: Notre but est de s’ouvrir au maximum d’étudiantEs et de travailleurs afin d’être plus fort dans l’action mais également avoir une plate-forme large. La CNT (syndicalisme révolutionnaire et anarcho-syndicalisme, c’est à dire le syndicalisme outil essentiel de lutte, devient base et projet de transformation sociale) prend position sur le terrain économique, social mais également sur le terrain politique dans une conception de lutte de classe et de révolution. Etant internationaliste, la CNT est radicalement contre le capitalisme, le fascisme, le racisme, la xénophobie, le sexisme.

 

Culture et contre-culture: Nous contribuerons également au développement d’activités en lien avec la culture et le mouvement "contre-culturel" (mouvement culturel contestataire). Que ce soit à la fac ou ailleurs, nous organiserons par exemple des concerts, des projections-débats, des conférences, des bouffes solidaires et/ou végétariennes etc... La dissidence doit s'affirmer dans tous les domaines !

 

Confédération Nationale du Travail

SUPERIEUR RECHERCHE LIMOGES

Publié dans Infos Locales

Commenter cet article