Gilles Lehmann non sanctionné. Contre les évaluations, l'aide personnalisée..., la lutte continue !

Publié le par CNT Supérieur Recherche 87

Après un peu plus d’une heure d’entretien, Gilles Lehmann est ressorti vendredi soir, 22 janvier, de l’Inspection Académique de Limoges pour nous annoncer la bonne nouvelle. Malgré sa semaine de suspension et son remplacement pour faire passer les évaluations, il ne subira pas de sanction : ni administrative, ni financière, puisque son salaire de la semaine lui sera versé.
Ce résultat constitue une vraie victoire pour tous ceux qui contestent ces évaluations. L’Inspecteur d’Académie du Limousin, qui avait pris une mesure radicale et révoltante en suspendant Gilles de ses fonctions pendant une semaine, n’avait pas laissé de doute quant à ses intentions répressives. Le rapport de force national, qui s’est exprimé diversement à travers la grève à Paris et à Montpellier ou le boycott un peu partout sur le territoire, a contraint l’IA du Limousin à renoncer à ses intentions initiales.

Il montre aussi que la désobéissance pédagogique peut constituer un véritable moyen d’action. La désobéissance, si elle est pratiquée et revendiquée de façon collective permet de déstabiliser la hiérarchie.


La CNT-FTE tient à cette occasion à dénoncer la responsabilité des syndicats qui n’appellent pas à la grève, alors qu’une grande partie des enseignants est contre les évaluations, l’aide personnalisée ou les nouveaux programmes... Ces organisations rejettent sur quelques uns leur propre refus d’engager la bataille contre ces mesures qui détruisent l’école publique. Elles se défaussent sur les enseignants plus que jamais renvoyés à leur responsabilité individuelle en même temps qu’elles les exposent gravement.

En terme de stratégie syndicale, il s’agit de rappeler que la grève est un outil indispensable. Elle nous protège des abus de pouvoir, elle dépersonnalise les luttes, elle permet à tous les enseignants opposés à ces réformes de se mobiliser et pas seulement ceux en charge d’un CE1 ou d’un CM2. Elle permet enfin de mener les indispensables actions de refus -en ne faisant pas passer les évaluations- et de propagande, pour propager les idées nécessaires à la réalisation d’une autre école en associant tous ceux qui se sentent concernés.


Par ailleurs, ne pas appeler à la grève peut être entendu par des millions d’élèves (futurs travailleurs) et par leur famille (qui sont aussi des travailleurs) comme : "On n’est pas d’accord, on pense que ça nous détruit mais puisqu’on nous demande de le faire, on le fait". On peut se demander si cela ne constitue pas une des vraies victoires du gouvernement ...

La CNT-FTE réaffirme que la raison d’être du syndicalisme se résume et se suffit dans l’émergence de collectifs de lutte structurés en AG souveraines pour la défense d’intérêts de classe communs. C’est pourquoi elle continuera d’appeler à la grève contre les prochaines évaluations CE1 et qu’elle défendra, partout où elle est, les collègues qui seraient mis à mal localement réaffirmant par là qu’un coup contre un est un coup contre tous.

* Nous invitons tous les collègues de CM2 ayant refusé d’appliquer le protocole des évaluations à faire part de leurs actions aux syndicats CNT locaux. En regroupant les différentes démarches, nous pourrons mieux organiser les prochaines résistances. Parce que ce système de remontée des évaluations constitue le passage nécessaire à la mise en concurrence des établissements, nous invitons aussi les collègues de CE1 ainsi que toutes les équipes pédagogiques à se prononcer dès maintenant sur des actions contre les prochaines évaluations de fin de cycle 2.

Publié dans Infos Locales

Commenter cet article